Nuraghe de Palmavera

Area interesse: Sites Archéologiques
Area interesse: Sites Archéologiques

Sur la route menant à Porto Conte est le complexe nuragique de Palmavera, l’un des plus grands de toute la Sardaigne.

Il est formé par une tour principale appelée Mastio et une tour secondaire, incorporé dans un bastion à la forme elliptique, la Cabane des Réunions, l’Antemurus Pentagonal à quatre toures-cabanne et enfin le hameau autour du noyau central.

Il complesso nuragico di Palmavera è stato costruito in tre epoche successive: la parte più antica del villaggio (la torre centrale e il primo nucleo di capanne) risale al 1500 a. C., età del bronzo ed è caratterizzata dell’utilizzo del calcare come pietra di costruzione

Le complexe nuragique de Palmavera a été construit en trois âges successifs: la partie la plus ancienne du village (la tour centrale et le premier noyau de cabannes) remonte à 1500 av. JC., âge du bronze et c’est caractérisé par l’utilisation de calcaire comme pierre de construction.

La deuxième phase remonte au neuvième siècle avant JC et est caractérisé par l’utilisation du grès. Au cours de cette phase a été construite la tour secondaire, le couloir des niche, la cabane des Réunions et d’autres cabannes dans le village. La troisième phase (IX-VIII av. JC) est caractérisée par la construction du Antemurale.
Le village se compose aujourd’hui de cinquante huttes (à l’origine étaient 100-150) avec des plantes circulaires et quadrangulaires, divisées en logements et en espaces utilisés comme magasins d’artisanat ou stalles d’animaux. La couverture des huttes était faite de pieux et de branches.

Le Hut del Eeunions est le plus grand environnement de tout le complexe et a un rôle particulier dans le village comme lieu de dialogue et d’administration du pouvoir civil et religieux.

Son nom devient de la présence de 36 bancs, tous de même hauteur, parmi lesquels, distingue le une siege-trône témoignant de la présence d’un chef de village avec une autorité supérieure. Au centre de la salle est la tour-betilo, une reproduction du nuraghe.

L’entrée principale du bastion, une petite ouverture à des fins défensives, introduit dans un couloir ciel ouvert où se trouvent les ouvertures des deux tours. Le Mastio ou tour centrale, d’une hauteur de 8 mètres est caractérisé par un environnement intérieur à Tholos ou faux dôme. La Tour secondaire qui avait une couverture sur Tholos comme la précédente, maintenant effondré, probablement ètait utilisé comme un entrepôt de nourriture.

L’histoire de l’excavation du site, commencée en 1904 avec la direction de l’archéologue Antonio Taramelli a mis en lumière de nombreux vestiges, aujourd’hui conservés au Musée Sanna à Sassari. La découverte d’un épais couche de cendres dans les huttes, a constaté que la zone habitée avait été touchée par un violent incendie qui avait complètement détruit le village au 8ème siècle avant JC.


Partager cet article: